Les Bat'tisseurs de la Nature

Introduction

 

Les Bat'tisseurs de la Nature est une association loi 1901 ayant pour but développer et d’organiser des évènements culturelle,  environnementale et sportif.

Créée en mars 2013, l'association est née suite à la volonté de faire découvrir des activités culturelle environnementale et sportive. Raquel Dos Reis et Germain Peltier sont tous deux passionné par leurs milieux ruraux quand ils ont commencé à réaliser du bénévolat au sein des associations, et particulièrement  sur le Calaisis et l’Audomarois. Installée à Clerques. L’équipe effectue depuis 5 ans des recherches dans le domaine de l’agriculture.

 Basée à Clerques, l'association intervient dans l'audomarois et le Calaisis. Engagée dans une démarche militante, l’association souhaite contribuer en sensibilisant les populations au respect de l’environnement, à l'importance d'une agriculture saine et à la nécessité d'une modification de l'alimentation.

 

       Logo  

   

Objectifs

– Créer des ateliers à thème ;

Atelier Cuisine économique et varies,  découvrir les produit locaux. Artisanat d'hier et d'aujourd'hui, atelier et animation découverte du monde à thème divers. Organiser des sortie à thèmes et d'activiter, voyage et mission à traver le monde, rondonée explorative, observation de la faune et la flore, cueillette, chantier nature, nettoyage des lac, rivier, canal, plantation d'arbres, création des potagers comunitaire etc..

Le projet vise principalement à sensibiliser les habitants à l’importance d’une consommation responsable et au respect de l’environnement.

Le potager permet de faire le lien entre ce que l’on consomme et la façon de le cultiver. Il s’agit de montrer qu’une production locale, réalisée sans utilisation de pesticides, peut être transformée et valorisée facilement pour une alimentation saine. Les actions de l’association montrent par la pratique que le bio est accessible financièrement, que les habitudes des consommateurs peuvent être changées en consommant des produits locaux que l’on a cultivés ou dont on connaît l’origine. Le potager permettra aussi de découvrir des variétés locales de légumes et de travailler sur le goût. Sensibiliser à une alimentation saine a un impact sur la santé des habitants.

L’association cherche également à expérimenter et faire connaître des techniques de jardinage. En cultivant selon le principe de la Permaculture, le jardinier apprend à associer les plantes, les insectes, l’eau… c’est-à-dire à valorisant l’environnement proche et la biodiversité sans utilisation de produits néfastes.

Le projet vise ainsi à sensibiliser au respect de l’environnement et lutter contre la pollution.

Utiliser la biodiversité permet également de sensibiliser les jeunes à voir les insectes autrement. La construction d’une maison à insectes permet de faire tomber les appréhensions et les préjugés en découvrant des espèces « utiles et non-nuisibles » et de découvrir les bienfaits dans le jardin (protection contre les parasites, pollinisation). La présence de ruches est source d’observation et offre la possibilité d’expliquer le rôle des abeilles et l’importance de leur préservation.

Le jardin collectif développe le lien social : lieu de convivialité, de partage, d’échanges, il représente une excellente opportunité d’initiation au travail collectif. Il doit permettre d’accueillir, de facilité la communication entre les habitants de la commune : enfants, adultes, séniors… et est l’occasion de tous mieux se connaître dans une atmosphère ludique et détendue.

 

Notre constat

Les espaces naturels sont une richesse de notre territoire : ils constituent des lieux de vie pour de nombreuses espèces animales et végétales, des lieux de promenade, de loisirs, de repos pour l’homme. Ils permettent également à l’homme de cultiver pour se nourrir.

Pourtant, les espaces naturels sont menacés par la pollution. La pollution de l’air et de la terre à un impact considérable pour l’eau et les zones humides sont particulièrement touchées alors qu’elles constituent une réserve considérable pour la biodiversité.

L’équilibre entre l’action de l’homme et la protection de l’environnement est un enjeu crucial, notamment dans le marais de Saint-Omer.Les pratiques de consommation des citoyens interpellent. Beaucoup d’habitants privilégient la consommation de produits « tout fait » qu’ils achètent dans les grandes surfaces. L’origine des produits et les conditions de production ne sont souvent pas connues. Les légumes cultivés sans pesticides (notamment labellisés « Bio ») sont considérés comme étant trop chers. On peut également constater que le jardinage est de moins en moins pratiqué par les jeunes.

 

 

 
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×